Nous partons 3 à 4 fois l’an (3 jours en général) un peu au hasard, le nez au vent, mais toujours en Espagne ; c’est pas loin, c’est pas trop cher, c’est dépaysant et on peut rouler pratiquement sans crainte des radars (du moins sur nos itinéraires).

Article et photos pitou65

Week-end balade à l’ancienne en Espagne

Faute de pouvoir faire le tour prévu sur 3 jours, on se rabat sur le week-end du 12 et 13 octobre pour clôturer la saison 2019.

Samedi 7h pétantes, tout le monde est au rendez-vous chez Enzo (c’est pas un bar, c’est notre guide pour nos sorties espagnoles), pour le petit noir qui va bien. Et, pour la première fois de l’année, nous ne partons pas sous la pluie. C’est couvert, mais sec.

 

Présentation du groupe et des bécanes

• Enzo, Didier, Hervé sur choppers 1 200 rigides
• Manu et Nico sur Sporsters 883 et 1 200
• Angus sur Intruder Suzuki 800 (1340 en panne)
• Et bibi toujours sur sa vaillante Guzzi Calif EV.
Manque que Will et son Fat.

Les âges s’étendent de 32 à 64 ans, et le fossé entre générations n’existe pas.

 

C'est parti, direction l'Espagne

Il fait encore nuit à cette heure de l’année, et la montée vers le col du Somport (via le col de Marie Blanque) s’effectue à allure raisonnable.

Arrivés à Jaca, nous optons pour une petite visite des Mallos de Riglos ; c’est pour Hervé qui vient pour la première fois avec nous. Il est trop tôt pour faire un pique-nique à San Juan de la Pena comme vaguement prévu (en plus, tous les magasins sont fermés pour cause de fête nationale). Du coup, nous festoierons d’un plato combinado (tout le repas dans la même assiette) dans un des rares restos ouverts sur notre route.

Nous repartons ensuite sous un soleil radieux pour notre but suivant, en l’occurrence, le désert des Bardenas, qu’on ne présente plus tant il a déjà été décrit par d’autres lecteurs de notre journal favori. Ayerbe, Valpalmas, Ejea de los Caballeros…

 

Bricolage sauvage d’un câble d’embrayage !

Après deux heures pour retaper un câble d’embrayage défaillant sur le chop d’Enzo, force est de reconnaître que tous les mobil homes du coin sont complets ; nous dormirons donc à la belle étoile dans le désert, heureusement que nous emportons toujours les duvets… Mais en attendant, nous nous restaurons au petit resto d’Arguelas, juste à côté.

La nuit sera courte, entre le vent persistant, quelques gouttes qui s’invitent et la dureté du sol ! Z’ont vraiment aucune pitié pour mon grand âge, ces jeunes…

Un petit tour dans le désert avant d’aller prendre un ‘tit déj au troquet du coin, et nous repartons vaillamment pour le retour, via Olite, San Martin de Unx, Liedena, puis nous suivons le très joli lac de Yesa (pratiquement à sec et envahi de tentes, camping-cars et autres), Jaca, Sabinanigo, et retour en France par le col du Pourtalet

En conclusion, 750 bornes de franche rigolade, on a eu un peu froid, mais, vraiment, c’est bien comme ça qu’on aime voyager : à l’impro !

 

Côté budget

70€/tête + l’essence.
Mais c’est vrai que l’hôtel n’était pas cher !

 

ecrire article moto

Voir les photos en cliquant sur l'onglet