anniversaire Harley Davidson Prague

Reportage et photos Alain Certon, CDLR de Chalmoux (71).

ecrire article moto

Pour Harley-Davidson, l'année 2018 est particulière, le constructeur américain fête son 115e anniversaire dans la ville de Milwaukee, le berceau de la marque. Evidemment c’est loin de chez nous, je n’avais donc pas prévu d’y participer, jusqu’à ce que je découvre qu’un évènement similaire était organisé en Europe, mi-juillet, dans la ville de Prague, en ‎République tchèque, à peine à plus d'un millier de kilomètres de Lyon. L’aventure était tentante !

De Lyon à Baden-Baden

La conséquence directe de cette décision, c’est que ce lundi matin 2 juillet, nous nous retrouvons ma femme Marie et moi lancés sur l’autoroute à destination de Prague. Une chose est sûre, c'est que de Lyon il y a un peu plus de 1100 km à faire. Ce n'est pas exceptionnel me direz-vous, et de plus c'est l'occasion rêvée pour faire du tourisme. Sauf que pour l'aller, le retour, la visite de Prague et les festivités Harley, nous n'avons au total que 6 jours, ce qui va nous contraindre à rouler efficace, le trajet se faisant uniquement sur autoroute avec juste un arrêt d’une nuit à mi parcours (Baden-Baden). C’est un peu dommage de passer à coté de tant de belles régions... problème de calendrier.

Au départ de Lyon

On enroule les bornes tranquille, en profitant de la fraîcheur matinale. Moi ça fait presque un an que je n'ai pas fait de grande distance avec « Harlette » (c’est le nom de ma moto) et j'appréhendais un peu côté fessier. Mais rien, pas une douleur, pas de crampe, un vrai «cul d'acier». Pour Marie aussi tout se passe bien, à peine un peu froid dans les premiers kilomètres, c'est vrai qu’il ne fait que 25°C au départ de Lyon…

Quand tu roules sur l'autoroute (ben oui on est bien obligé, 1100 bornes, juste une semaine, tu te rappelles) et que tu te fais régulièrement dépasser par des personnes confortablement installées dans leurs voitures, il te vient des envies de luxe.
Ce matin par exemple, mes rêves ne sont pas orientés confort, mais plutôt technologie. Je me dis qu’un régulateur de vitesse serait le bienvenu, ça éviterait que mon poignet droit commence à avoir des crampes si rapidement. Heureusement on s'arrête assez souvent pour « refueler » Harlette qui est un tantinet gourmande aujourd’hui.
Passé Beaune on pique plein est, il n'y a personne sur la route, le temps est toujours aussi ensoleillé, c'est le pied ! Je roule entre 120 et 130 km/h, la moto ne vibre presque pas, il faudra que je demande à ma passagère ce qu'elle en pense.

Tout doucement le nom des villages commencent à prendre les accents de l'est. Avec tous ces "heim" à la fin des noms tu sais que tu n'es pas en train de rouler vers le sud de la France. Midi, on décide de faire une pause repas. La ville la plus proche c'est Mulhouse…

À Mulhouse : « show must go on »

Si on cherchait un restaurant ? Pour ne rien vous cacher, des idées j'en ai eu des meilleures dans ma vie de motard. Vous est-il déjà arrivé de vous vautrer presque à l'arrêt devant la terrasse du restaurant où vous aviez choisi de manger un morceau ? Moi c'est bon, c'est fait...
Un petit bout de trottoir vicelard que je n'avais pas repéré, tout occupé que j'étais à éviter les rails du tramway, et paf par terre, devant tout le monde. Pas de gros bobo, un coup au genou pour ma chérie, et pour moi une grosse plaie à mon amour propre et une éraflure au coude. J'ai immédiatement instauré un périmètre d'exclusion de 10 km autour de cette ville, je n’y remettrai plus jamais les roues.
Pendant le repas la serveuse qui a assisté à notre numéro de voltige nous a demandé plusieurs fois si nous allions bien, mais oui... « Show must go on » comme disait un certain Freddy...

Et justement il nous reste encore un peu plus de 200 km avant Baden Baden, notre étape du soir, on va les avaler assez rapidement. Le Rhin se trouve d'un coup devant nous, ça y est nous voilà chez Angela. Encore un petit coup de super pour Harlette, je baratine quelques mots en allemand à la caissière qui croyant avoir affaire à un mec qui comprend un peu la langue de Goethe se lance dans une tirade sur la marque Harley (me semble-t-il…). Damned, elles sont bien loin mes années de lycée !

Sur l'autoroute allemande ça dépote !

Je regrette un peu de ne pas avoir ma Honda (je possède aussi une CB 1300S). Parce qu’avec Harlette, au-dessus de 130 tu as intérêt à avoir du potentiel dans les bras. Je n'aurai pas trop le temps de m'ennuyer car la sortie pour Baden Baden arrive assez vite : l’hôtel que j’ai réservé un peu plus tôt dans le mois est en fait un cloître ou vivent une centaine de sœurs du "Divin Sauveur" l'ensemble est très calme et très… pieux. 
— Vous irez garer votre moto à côté de la machine « agriculturelle » m'a dit la dame de la réception en me montrant un gros tracteur sous un porche... Je souris bien sûr, si seulement mon allemand était aussi bon que son français.

De Baden-Baden à Prague

Si nous avons si bien dormi c'est peut-être un peux grâce à Lui, le Type perché sur sa croix, juste au-dessus de notre lit, mais je ne suis sûr de rien, c'était notre première nuit dans un cloître. Il fait déjà super beau quand nous quittons ce lieu si sympa. C’est encore plus joli au soleil du matin : je recommande chaudement cette halte !

Bonne adresse À Bühl Kloster Maria Hilf
Carl-Netter-Straße 7
Tél. : +49 7223 8020

Autoroutes allemandes… Et fantasmes déçus !

Maintenant le programme est simple, autoroute N°5 pendant 50 km, autoroute N°6 jusqu'à la frontière tchèque et après de nouveau l’autoroute N°5 (c'est pas la même bien sûr) jusqu'à Prague. C'est vraiment pas difficile de voyager...
Je vais vous dire un truc, moi comme bon nombre de Français, je fantasmais grave sur les autoroutes allemandes. J'imaginais tout un tas de truc : un macadam nickel, un nombre de voies à faire pâlir un américain et surtout l'autorisation de lâcher la cavalerie une bonne fois pour toutes, histoire de voir ce que ça fait sans avoir la trouille de finir en prison. Finalement ce n'est pas la peine d'être envieux, je me suis emballé un peu vite, ce n'est pas ici sur la 5 ou la 6 que tu vas pouvoir faire le fou-fou. Ou alors faudrait pas tous ces travaux, ni tous ces camions, et surtout pas tous ces bouchons. Car pour résumer une bonne partie du trajet d'aujourd'hui c’est travaux, camions, bouchons. Bref cette route ne restera pas dans les annales « Mais bien sûr, on lui avait dit, il ne fallait pas prendre l'autoroute… »

Vive l'Europe des bikers !

Harley prague 1Harley. L'esplanade principale est couverte de bécanes et la musique coule à flotPlus on s’approche de notre destination et plus la densité en bikers augmente. Le spectacle est surtout sur les aires de repos où on rencontre les motards qui se reposent un peu. On a partagé un café et discuté un bout de temps avec deux andalous de Séville sur leur Sporster 1200 (2600 km de route, pour se rendre sur place, respect ! Marie a pris mal au dos rien que d'y penser).
Plus loin c'est un anglais qui m'a passé des fusibles de rechange pour la moto, car en Tchéquie il faut en avoir paraît-il. Et puis il y eu pas mal d’échanges avec des anglais, des belges, des italiens... Finalement l'Europe existe bel et bien, enfin celle des bikers...

Il n'y a pas encore foule sur lieu de rassemblement. Le vrai début des hostilités c'est jeudi, en attendant on va visiter un peu cette belle ville.
L’endroit où se déroule la commémoration se trouve dans Prague même, dans le quartier nord d'Holešovice. Ce n'est pas un coin paumé au fond de la banlieue, plusieurs bus et tramways y conduisent. Moi ça m'arrange plutôt cette situation car on va pouvoir zapper entre les activités touristiques et le monde Harley sans perdre trop de temps… Il n'y a pas encore beaucoup de motos dans la ville. Ça ne nous empêche pas d'aller traîner dès mercredi après-midi sur le site pour contempler les stands en cours de montage, pour le moment on est au milieu des caisses, des livreurs, des monteurs, mais il y a quand même des choses à voir, par exemple dans le futur hall où seront exposés les prototypes customisés on croise déjà quelques modèles en cours d'installation, des réalisations qui ne feront peut-être jamais des milliers de kilomètres, mais quels défis techniques !

La visite de Prague

Croyez moi ça vaut le coup ! Dans cette ville il y a eu de grands bâtisseurs et ils se sont bien lâchés. Le passé historique et culturel de la région est très riche (près de 400 ans de Habsbourg ça laisse des traces) ; de quoi faire oublier à Marie ce petit mal de dos persistant qui, selon elle, serait dû à un abus de position assise sur une certaine Harlette... J'en doute, cette moto est tellement confortable. Mais bon, on n'est pas ici pour faire du tourisme mais pour mater du biker, renifler des odeurs de pneus cramés et voir des belles machines... Ah si, un peu de tourisme quand même... Ça faisait partie du deal... Désolé Marie).
Je plaisante bien sûr, Prague est vraiment une ville à visiter et pas que pour son architecture ou ses monuments chargés d’histoire. Il se dégage de cette capitale une grosse impression de quiétude et de sérénité, le fait qu'il y circule peu de voitures y est certainement pour une bonne part mais pas que : la ville est belle, aérée et nous avons eu, en plus, un temps magnifique.

Place aux festivités Harley-Davidson

Mais revenons à la moto. L'avantage avec le récit en différé, c'est qu'on peu se rendre directement au moment le plus intéressant pour le lecteur (enfin j'espère) à savoir les trois journées consacrées à la fête Harley, alors on appuie sur la touche avance rapide, et nous voilà au premier jour.

Les Vtwin américains sillonnent Prague…

10 Vive lEurope des bikersVive l'Europe des bikersCertains d'entre eux sont largement hors normes niveau volume sonore, mais pas de réactions au niveau des forces de l'ordre ; on sent bien que pendant les trois jours à venir les motards ici seront un peu les rois du pétrole.
Les rues de Prague deviennent même à certains endroits des mini stands d'exposition.
Les zones piétonnes n'échappent pas à la déferlante de bikers en mode visite, on les reconnaît facilement à leur look, gilets et blousons de cuir couverts d'autocollants et à leurs silhouettes souvent rondouillettes (pas tous hein !). La moyenne d'âge n’est pas très jeune, comme moi en fait. Mais pour pour plonger vraiment dans l'ambiance le mieux est encore de se rendre sur les lieux de la fête.
À l'entrée du site on voit très nettement le changement par rapport à notre précédent passage. Aujourd'hui l'esplanade principale est couverte de bécanes et la musique coule à flots.
A l'intérieur de l'enceinte, les centres d'intérêt sont nombreux et variés. Il y a des concours, des shows, des expos, des groupes de rock, des ventes de fringues, de quoi boire et manger, des conférences, un musée, des ateliers essai de bécane et j'en oublie sûrement, de quoi passer ces trois jours sans s'ennuyer. Il y a beaucoup de monde venu des quatre coins de l'Europe. J'aime bien cette ambiance, mais à petite dose. Ma tolérance à la foule et au bruit étant assez limitée je vais devoir organiser un peu mes visites, faire des pauses, sélectionner.

Show stunt Harley

Il y a une discipline que j'avais envie de voir depuis un moment déjà et qui m'a pas mal étonné, c'est le stunt : la cascade à moto pour les non initiés.
Le spectacle commence très fort avec des fumigènes colorés, façon patrouille de France, et ça continue avec des gugusses qui mettent les motos dans tous les sens sans se planter.
La philosophie du stunt est assez simple : tu prends un mec (ou une fille) une moto (dans notre cas un Sporster 1200), et tu le laisses faire n'importe quoi du moment que le moteur tourne au rupteur et que la roue arrière dérape sans arrêts.
Je simplifie bien sûr, le pilote assure un maximum et pendant les 30 min du show il n'est pas souvent droit sur la piste, en voilà un qui n'use pas son pneu qu'au milieu...
« — On pourrait bien se retrouver un jour dans ce genre de position » Me dira mon pote Erick à notre retour en voyant quelques unes des mes photos
« — Mais malheureusement ce serait sans le vouloir... »
Je regarde ce spectacle plusieurs fois pendant les trois jours tellement il m'impressionne. Quand je pense que je me suis vautré à Mulhouse à l'arrêt devant un bar à cause d'un petit bout de trottoir !

Expo Harley customisées

Dans un domaine plus calme les expo de bécanes customisées sont aussi à voir. Je n'ose pas imaginer le travail qu'il a fallut fournir pour arriver à de telles transformations. Moi qui ai mis plusieurs heures pour monter deux supports de sacoches sur la Harley.

La parade Harley dans Prague

13 Chapter Harley de lEstChapter Harley de l'EstOK j'ai aussi zappé pas mal de choses durant ces trois jours, notamment les soirées concerts, les différents jeux et concours, les repas sur place… la faute à mon grand âge sans doute.
Par contre il y a un événement que je ne voulais rater sous aucun prétexte c'était la parade à travers la ville qui avait lieu le samedi matin. On a un peu galéré avec Marie pour réussir à avoir notre place dans le défilé, le nombre de participants étant limité et il fallait une autorisation matérialisée par un un bracelet pour pouvoir prendre le départ. En fait rien de tout ça n'était vraiment nécessaire mais nous ne l'avons su que bien plus tard. Nous avons finalement obtenu notre sésame pour la parade. En fait il y aura deux vagues, nous sommes inscrits pour la seconde, chacune comptant plusieurs centaines de motos.
La veille au soir le temps se met subitement à l'orage, je balise un peu à cause des rues pavées et des rails de tramways qui zèbrent les rues de la ville, j'ai eu une expérience malheureuse il y a peu de temps…

Samedi matin il fait un beau soleil, du coup tout à été très facile. Nous avions rendez-vous à 11 h pour le regroupement des participants. Les organisateurs avaient prévu deux départs.
Le premier composé des VIP, des médias, des différents corps professionnels plus tous les bikers des chapters de l'est, le second avec les gens lambda venus des quatre coins de l'Europe.
Le tracé prévu démarre du quartier Holeseviče, contourne la vieille ville de Prague avec deux incursions dans son centre historique, sur la grande avenue Revolučni et sur Václaské náměsti, l'arrivée est à Holoseviče. La boucle représente en tout une petite dizaine de kilomètres.

Nous devions défiler avec la deuxième vague, mais nous sommes arrivés avant que la première vague ne soit partie, si bien que les organisateurs nous ont demandé de nous garer et d'attendre la fin du premier départ avant de nous aligner pour le second. Vous connaissez l'esprit tricheur du motard français (et de sa femme surtout) Non ? Et bien dès qu'on a pu, on a démarré discrètement la moto et on s'est mêlé à la première vague en nous faufilant au milieu des motards russes qui nous ont fait une place sans rouspéter. Faut dire qu'avec une moto toute rouge on n'était pas totalement décalé, si ce n'est peut-être mon gabarit assez modeste par rapport aux bikers de l'est. C'était la première fois que je participais à une parade Harley, je n'ai pas été déçu.

Ma première parade Harley

Une fois inséré dans le flot des motos je n'ai eu que quelques minutes pour me mettre dans le bain, mes deux voisins proches sont russes, montés tous les deux sur deux grosses Electra Glide qui font un boucan d'enfer. Un des deux écoute « Live Wire » un vieux titre du groupe AC/DC avec le volume à fond, je n'entends même plus mon moteur. Marie a dégainé son téléphone et photographie à tout va derrière moi, elle saute comme un cabri à l'arrière de la moto, si on finit par terre ce sera la honte absolue.
La foule le long des trottoirs nous salue comme si nous étions des chevaliers revenus vainqueurs de je ne sais quelle guerre terrible, on applaudi, on se frappe les mains, je fini par me prendre au jeu moi aussi, j'en suis presque à imaginer que tous ces gens n'attendaient que notre venue... Je les salue, je souris, frôle les mains qui me sont tendues, mais comme je suis du côté droit de la route je lâche à chaque fois l'accélérateur et à chaque fois le mec derrière moi est obligé de ralentir lui aussi en catastrophe pour ne pas me rentrer dedans, va falloir se calmer mon p'tit gars.

Des centaines de Harley au soleil, ça brille un max !

Sur l'avenue Revolučni les organisateurs ont prévu de faire stopper le cortège un petit 1/4 d'heure histoire de regrouper tout le monde. On en profite pour stopper les moteurs, et faire connaissance avec les voisins. L'avenue est large et légèrement en pente ce qui donne une vue imprenable sur l'ensemble des motos. Moi qui ne suis qu'un gros nul je n'ai rien d'autre qu'un téléphone pour immortaliser tout ça, il manque une caméra, un drone, que dis-je, une équipe complète de reporters !
Il a bien fallu repartir et le moment où tous les moteurs se sont mis à cracher leurs décibels fut magique. Le cortège poursuit son chemin, à un moment j'aperçois parmi la meute des bikers un petit monsieur et sa fille en scooter, image décalée, presque furtive.

Nous ferons un deuxième arrêt dans une grosse artère de Prague, les gens massés sur le bord de la route en profitent pour se faire photographier à côté des bécanes, il faut dire qu'il y en a quelques-unes de typiques, nous avons aperçu un équipage chinois dans le défilé, sa plaque d’immatriculation semblait l’affirmer.
En fin de parcours nous rejoignons le quartier d'Holesoviče, c'est terminé ; moi qui suis d'ordinaire si allergique aux phénomènes de masse j'aurais bien fait un deuxième tour.
La fin du parcours est savamment étudiée pour que personne ne puisse s'insérer dans la deuxième parade, dommage.
Il ne nous reste plus qu'à aller déguster une bière, regarder les photos et exhiber nos tee-shirts tous neufs, on pourra dire qu'on y était...

Nous sommes rentrés le dimanche, aussi rapidement qu'à l'aller, et par le même chemin. Cette fois-ci on a évité la ville de Mulhouse. Le lundi soir alors que je rangeais Harlette au garage les moments les plus forts me sont revenus à l'esprit. Même si nous n'avions que peu de temps pour profiter à fond de ce trip je suis heureux d'avoir vécu cette expérience au moins une fois dans ma vie de biker. Je ne suis pas un inconditionnel de la marque américaine mais je roule sur des Harley depuis plusieurs années déjà et je n'avais jamais participé à un tel rassemblement, voilà... c'est fait.

logo harley

 

La marque Harley est encore capable de fédérer des milliers de motards de plusieurs nationalités sur un événement comme un anniversaire, la passion pour ces machines comme ciment entre les hommes, ce n'est peut être qu’un rêve, n'empêche, loin du folklore et du business, ce que je retiens surtout ce sont ces rencontres, faites au hasard des pauses, moments d'échanges entre des gens qui ont une passion commune, d'encouragement aussi lorsqu'ils reste encore tant de kilomètres à faire et qu'on a déjà les fesses en compote, d'entraide aussi, et là je pense à ce biker anglais qui m'a donné quelques fusibles de rechange pour ma moto.
Alors, partant pour l'anniversaire des 120 ans Harley Davidson ? J'ai bien peur que oui, Marie...

  • 01-Harley. L'esplanade principale est couverte de bécanes et la musique coule à flot01-Harley. L'esplanade principale est couverte de bécanes et la musique coule à flot
  • 02-Harley. Des motards venus des quatre coins de l'Europe02-Harley. Des motards venus des quatre coins de l'Europe
  • 03-Harley. Peu à peu, les parkings se remplissetnt03-Harley. Peu à peu, les parkings se remplissetnt
  • 04-Musée Harley04-Musée Harley
  • 06-Harley customisée06-Harley customisée
  • 07-Harley customisée07-Harley customisée
  • 08-Prague, la ville aux mille tours et mille clochers08-Prague, la ville aux mille tours et mille clochers
  • 09-Stunt Harley. C'est bluffant !09-Stunt Harley. C'est bluffant !
  • 10-Vive l'Europe des bikers10-Vive l'Europe des bikers
  • 11-Harley à Prague. La foule le long des trottoirs11-Harley à Prague. La foule le long des trottoirs
  • 12-Harley. ACDC à donf12-Harley. ACDC à donf
  • 13-Chapter Harley de l'Est13-Chapter Harley de l'Est
  • 14-Harley. Born to be wild14-Harley. Born to be wild
  • 15-Prague. Tracé de la parade Harley15-Prague. Tracé de la parade Harley
  • 16-Harlette aura été gourmande sur ce trajet16-Harlette aura été gourmande sur ce trajet
  • 17-Harlette, ma belle17-Harlette, ma belle
  • 19-Marie et Alain, prêts pour le 120e anniversaire Harley19-Marie et Alain, prêts pour le 120e anniversaire Harley