ESSAI TRIUMPH SPEED TRIPLE RS

Le Diable et la damnation pour 15 850 € !

Responsable essai, texte : Christ l’archange 
Essayeurs : Sylvie dit Sac de sable - Gé CDL71 – Gé Rabbit – Les katochmens Dom et Eric.

 

Où trouver le JDM ?

Prise de contact avec la Triumph Speed-Triple RS

Cette fois-ci, organisation digne du casse du Siècle : une équipe du matin avec une passagère assez courageuse et folle pour tester l’arrière de cette moto, et une autre  « les Katochmens », retrouvant la première pour le déjeuner, et continuer les essais l’après midi. Soit plus de 5 heures de tests avec 5 conducteurs différents.
Premier contact visuel, elle ne peut renier sa filiation !
C’est une Speed triple, une vraie. Tout y est, le regard, le cadre, la silhouette dans son ensemble. Cela transpire l’énergie, la vivacité. C’est une Diva.
Je remercie Julien de British Avenue de Sevrey (71) d’avoir encore une fois joué le jeu, d’autant que mon article sur la Speedmaster n’était pas des plus élogieux pour cette dernière.
Bravo Julien pour en avoir fait abstraction. 

Petit tour de la Triumph, explications sur les fonctionnalités du démarrage sans clé et départ pour les petites routes du Chalonnais, bien connues du Carpe Diem pour cause de nombreux essais sur ces dernières.

Performances, moteur et tenue de route de la Triumph Speed-Triple RS

Pour ceux qui connaissent le 3 cylindres Triumph, on retrouve ses caractéristiques qui ont fait sa réputation des plus flatteuse, mais avec encore plus de punch et de vivacité à monter dans les tours (si sélection Sport bien entendu). Si, si, c’est possible !

Pour les autres,  il faut absolument l’essayer un jour. C’est plein, c’est rond et cela part comme une balle de 2500 à + de 11000 tr/min. On devient très vite addict à ce moteur.
De plus avec les 2 pots Arrows livrés en série avec la RS, la bande son est au niveau des sensations.
Mais comment font-ils pour passer l’homologation ? 
Merci à eux, pas besoin de passer par la case options.

L’électronique est bien calibrée, pas trop intrusive et facilement paramétrable via un menu simple. Pas besoin d’avoir fait geek 3e langue.
Je ne m’attarde pas sur ce point, car Julien peut vous expliquer tout cela, bien mieux que moi. Nous, nous concentrons plus, lors de nos essais, sur ce que cela apporte en termes de sécurité et d’agrément de conduite.

Cadre rigide et suspensions haut de gammes : la moto est d’une fluidité et agilité déconcertante avec un châssis imperturbable, même quand le rythme augmente sur les petites routes sinueuses.. Et pourtant nous y avons mis du cœur !

L’amortissement est tape cul quand le revêtement devient assez dégradé, difficile de garder un rythme soutenu sans que les trajectoires en deviennent parfois houleuses et hasardeuses… (À voir éventuellement les réglages ?)
Première fois que lors d’un essai, le shifter tant vanté, soit aussi doux en montée et en descente, et opérationnel quel que soit le régime moteur. 

À noter. Le  petit coup de gaz la descente gérée par l’électronique.
Attention à ne pas se laisser griser, l’ensemble moteur- boîte -accroche-bande-son, fait que vous vous sentez des ailes, mais tout freinage sur l’angle pour cause d’excès d’optimisme dans un virage sera sanctionné par un redressement de la moto. Ce qui est des plus normal vu le package.
 

Freinage de la Triumph Speed-Triple RS

Brembo M4.34 + durits Aviation font que cela freine fort, très fort, peut-être trop pour le passager. Facilement dosable avec de l’habitude et demandant peu d’effort au levier.
Attention. Lors des premiers freinages, l’ABS fait bien son boulot, mais cela peut surprendre.
 

Prise en main - Confort  seul et à deux de la Triumph Speed-Triple RS

Seul, l’ensemble est un peu raide, mais c’est une Speed-Triple. Une moto faite pour envoyer et non se prélasser. Selle conducteur bien réalisée, bonne découpe et non glissante. 
Prise en main très facile tous les éléments tombent bien sous la main, une hauteur de selle correcte pour un gabarit de 1,70m. Donc pas d’appréhension particulière.

En route, position plus que correcte, avec un dos bien droit, typé roadster, mais pas a l’Italienne (limande). Le déflecteur au-dessus des feux ne détourne pas suffisamment les flux d’air, ce qui vous secoue pas mal dès que vous passez les 120. Vitesse de croisière pour cette dernière.

Protection. Heuuuu, c’est quoice mot ? Ben c’est un ROADSTER, si t’en veux c’est pas la bonne adresse mon gars…

À deux, que dire ? L’assise n’est pas des plus spacieuse, mais le calvaire pour ma passagère ne vient même pas de là. De son gabarit non plus, - de 50 kg pour 1,60 m. En temps normal, on l’oublie, Sylvie.
Moteur démoniaque et absence de poignées de maintien, font qu’au bout de 200m, j’ai  failli  la laisser sur la route au moins 3 fois !
Lors des freinages appuyés, le pendant de la mise en vitesse, nous ne faisions plus qu’un, son corps venant s’encastrer dans le mien. Cela facilite la prise de connaissance mais pas la conduite.
En conclusion le duo est à consommer avec beaucoup de modération.  Mais est-ce le créneau de cette speed ? Nous ne le pensons pas.
 

Esthétique de la Triumph Speed-Triple RS

C’est beau (mais c’est subjectif), racé et bien fini. Habillage carbone et écran retro-éclairé (super lors des changements de luminosité), mais parfois un peu éblouissant, sont classe. 
Son regard et son cadre uniques font qu’elle est reconnaissable au premier coup d’œil. Nous aimons !

 Pour
- Moteur  - Boîte  - Electronique
- Performances et tenue de route
- Esthétisme
 
Contre
- Duo
- Manque de protection ?
- Bagagerie ?
 

Triumph Speed-Triple RS, l'avis des essayeurs

Moto pour hédoniste et célibataire. Top pour faire le Moto tour Séries France.
Merci le 3 pattes et Arrows. Conduite enivrante, qui devient très vite addictive. Je sais que cet adverbe n’existe pas, mais il définit bien ce que nous avons ressentis.
Attention, à ne pas mettre entre toutes les mains. Expérience et circonspection obligatoires.
Nous avons tous pris beaucoup de plaisir à réaliser cet essai.
Pour le prix, nous ne sommes pas tous d’accord. Il faut bien de temps en temps avoir des divergences, sinon a quoi cela sert de faire des essais et des comptes-rendus à plusieurs.
Mais ce qui est certain, c’est qu’il faut mettre autant sinon plus que les 15 850€ demandés, chez certains autres constructeurs, pour avoir cette qualité et ces performances.

 

Fiche technique Triumph Speed-Triple RS

Moteur - Boîte :
3 cylindres en ligne 12 soupapes 1050cm3.
117 Nm à 7 150 tr/min. 150 CV à 10 500 tr/min.
Boîte 6 – Transmission par chaîne.
Embrayage multidisque à bain d’huile anti-dribbling
Vitesse maxi : +- 230 km/h

Châssis :
Cadre double berceau en alu
Suspension AV : Fourche inversée Öhlins NIX30 de 43mm
Suspension AR : Mono amortisseur Öhlins TTX36
Freins AV : Double disque flottant Ø 320 mm, étriers monobloc à montage radial 4 pistons Brembo. ABS déconnectable.
Freins AR : Simple disque de 255 mm, étrier coulissant à 2 pistons. ABS déconnectable
Pneu AV : 120/70 ZR17 et Pneu AR : 190/55 ZR17
Poids à sec : 189 kg
Réservoir : 15,5 l

Vie à bord :
Écran couleur TFT 5"
5 modes de conduites dont 1 entièrement paramétrable
Port USB sous selle passager
Démarrage et verrouillage sans clé
Régulateur de vitesse

Voir les photos en cliquant sur l'onglet