110 moto pyrenees

Comme vous l'avez découvert dans le JDM 110 p.31, notre nouvelle rubrique TOURISME... AVENTURE est née. Voici l'interview complète d'Alain et Veerle, des motards passionnés comme on les aime !

Le tourisme, les voyages et l'aventure ont acquis leurs lettres de noblesse car les grands rouleurs aiment écrire leurs exploits dans Le Journal Des Motards. Beaucoup font appel à des spécialistes, en France et à l'étranger car ils ont un savoir-faire qu'ils mettent au service de vos idées pour des voyages d'exception. En créant cette rubrique, nous donnons la parole à ces pros comme autant de bonnes pistes pour faciliter vos séjours et circuits.
Coco

JDM. Alain et Veerle, Moto-Pyrénées, c’est quoi ?
Alain. Moto-Pyrénées, c’est un couple de passionnés qui propose, plusieurs fois dans l'année, des balades moto dans les Pyrénées. On n'est ni une agence de voyage, ni une organisation commerciale, on ne vit pas de cela, on le fait uniquement par passion, sur notre temps libre. Le but étant de partager ! Partager notre petit coin de paradis, partager de bons moments avec les participants, sur la moto mais aussi en dehors, que ce soit autour d'une bonne table, en haut d'un point de vue, ou lors d'une visite.

JDM. Que proposez-vous comme balades ?
Alain. Alors là, il y en a pour tous les goûts : on propose des balades en moto de route, d'autres en tout-terrain pour gros trails et aussi de l' enduro. Pour faciliter l'organisation des participants, et surtout pour avoir des prix sympa, nous nous occupons de tout (hôtels, repas, visites, dégustations...). On utilise le même principe que les achats groupés.
Pour les balades, l’accent est porté sur la diversité des régions, sur les différents types de route (ou chemins), des découvertes, de l'insolite. Chaque journée est différente et ça plaît !
L'autre aspect qui nous tient à cœur, Veerle et moi, c'est la convivialité et la bonne humeur.
Veerle. Oui, c'est pour cela qu'on propose ces balades, pour passer de bons moments avec les participants, que ce soit sur la moto, lors d'une pause, d'une visite, ou autour d'une bonne table.
Et nous avons des formules différentes. Si c'est un groupe déjà formé qui nous demande d'organiser leur séjour, on peut faire du sur-mesure. Mais on a aussi notre formule standard (1 semaine en pension complète, tout compris) pour laquelle on regroupe les demandes individuelles pour former un groupe. Mais rien n'est obligatoire et presque tout est possible.

JDM. Et comment Moto-Pyrénées a démarré ?
Alain. Très simplement. Sur mon temps libre, j’organisais déjà depuis très longtemps des événements moto. Veerle m'a emboîté le pas. Ces organisations étaient différentes et à plus grande échelle. Cela m’a permis d’acquérir pas mal d’expérience mais aussi de me rendre compte que j'aimais vraiment ça. Par contre, on recherchait quelque chose de plus convivial, plus proche des participants, ce qui est impossible quand il y des centaines de participants sur un événement.
Veerle. On a donc commencé ce concept de balades Moto-Pyrénées avec comme participants quelques amis et contacts. Ça a beaucoup plu, et le bouche à oreille a fait le reste.

JDM. Si je comprends bien, vous êtes dans le monde de la moto depuis longtemps mais ce n’est pas votre métier.
Alain. Tout à fait. La moto est une passion depuis tout petit, mais c’est toujours resté un hobby.
J’ai fait un peu de compétition et toujours roulé dans différents domaines, principalement de la piste, du motocross et de l'enduro, mais j'ai touché à d'autres disciplines également. Malheureusement, les sports mécaniques en compétition coûtent pas mal d’argent, donc c'est toujours resté assez limité, mais je roule à moto depuis toujours, j'aime ça, et je roule le plus possible.
Cela m’aurait bien plu de travailler dans le monde de la moto, mais mes études et le hasard en ont décidé autrement.

JDM. Revenons aux balades, comment cela se passe-t-il ?
Alain. Nous avons choisi de toujours accompagner les participants. C’est bien plus convivial et cela permet surtout de faire découvrir les Pyrénées... autrement à nos participants. Des itinéraires moins connus, mais bien plus intéressants, des routes insolites, pas encombrées, des visites sympa, des dégustations chez des petits producteurs locaux et bien d'autres choses méconnues mais qui valent le coup.
Veerle. C’est avec fierté que nous avons reçu le titre d’ « Ambassadeurs des Pyrénées ». Nous faisons honneur à notre titre en faisant découvrir aux participants toutes les richesses de la région. Par nos organisations, nous les partageons avec nos participants et en même temps, nous donnons un petit coup de pouce aux activités locales. Nous faisons découvrir aussi bien l'artisanat et le terroir, que le patrimoine, les sites culturels et surtout de l'insolite.

JDM. Vous roulez donc toujours en groupe ? Et à quel rythme ?
Alain. Nos balades moto, que ce soit en route ou tout-terrain, sont pour tout niveau (débutants, routards peinards, expérimentés, sportifs). Nous apportons beaucoup d'importance à ce que nos participants profitent un maximum de leur séjour avec nous. Et pour profiter, il faut pouvoir rouler à son propre rythme. Rouler en dessous de son rythme, c'est ennuyant. Rouler au-dessus de son rythme, c'est dangereux. Nous avons la chance dans les Pyrénées d'avoir très peu de carrefours et de changements de direction. Il n'est pas rare de partir pour un col ou un tronçon de 60 ou 80 km sans changement de direction. Sur ces tronçons, chacun roule à son propre rythme et on se retrouve tous pour la pause, le repas de midi, ou la visite. Chacun y trouve son compte, quel que soit son niveau ou son envie du jour.
Veerle. J'ajouterai que tous les types de moto sont les bienvenus chez nous.

JDM. Comment avez-vous constitué les itinéraires ?
Alain. Les itinéraires, c’est un boulot énorme et constant (il est vrai que nous sommes peut-être un peu perfectionnistes) mais quand on aime, on ne compte pas. Pour faire un bon itinéraire, il faut tout d’abord de la variété dans les régions traversées. Nous choisissons nos camps de base en fonction de leur situation géographique, ce qui nous permet d’aller chaque jour dans des régions différentes, que ce soit côté français, côté espagnol ou en Andorre, donc des environnements divers. Un bon itinéraire, c’est aussi de la variété dans le type de routes empruntées. Sur l’entièreté de la journée, il faut pouvoir bien doser les tronçons rapides, les plus lents, les nombreux cols, les parties à rouler et celles à découvrir en ayant le temps de regarder autour de soi. Je compare toujours un itinéraire à un cocktail : les ingrédients, c’est évident, et tout le monde les connaît, mais le dosage et la préparation, c’est ça qui fait que le cocktail est réussi ou pas.
Veerle. Un bon itinéraire, c’est aussi de la variété dans les pauses, les visites, les dégustations. Donc dans les découvertes aussi, nous varions les plaisirs. Un bon timing de la journée est aussi très important : faire la pause au bon moment (surtout pour les dames), arriver au resto à l’heure, tenir compte des heures d’une visite, etc. Donc, oui, ça demande une préparation énorme si on veut un bon résultat.

JDM. Oui, mais ça c’était au début, non ?
Alain. Non, non, c’est toujours le cas. Nos itinéraires existants, même les plus anciens, sont constamment modifiés. L’état et la qualité des routes changent souvent en montagne, certains tronçons se dégradent, d’autres viennent d’être refaits et offrent un revêtement de rêve. Donc, on adapte en fonction.
Veerle. Et puis nous trouvons encore de temps en temps de nouveaux coins ou de nouvelles découvertes que nous voulons faire partager aux participants.
Alain. De plus, nous avons beaucoup de participants qui reviennent (certains pratiquement chaque année) et même si nous avons quelques itinéraires cultes que tous veulent refaire à chaque fois, nous voulons leur proposer également des nouveautés, des inédits.
Veerle. Donc oui, chaque année, nous profitons des moments plus calmes pour travailler sur les itinéraires. Cette année, par exemple, nous avons 5 itinéraires complètement nouveaux. Ça prend beaucoup de notre temps, mais bon, on aime ça.

JDM. Donc si beaucoup reviennent, c’est que ça plaît !
Alain. Oui, ça plaît beaucoup, surtout le concept de partage et de découverte. La qualité des itinéraires, évidemment. Mais le plus apprécié, c’est la convivialité. Parfois les participants se connaissent avant de venir chez nous, parfois non. Mais, très vite, on fait connaissance et on se lie d'amitié. Le monde motard est rempli de convivialité et de respect. De notre côté, nous essayons d’être le ciment du groupe et cela se passe plutôt bien.
Veerle. Oui, quand on voit comment ça se passe à la fin du séjour, l’évaluation du dernier soir à table, le retour difficile, les sourires radieux, l'émotion, les larmes de joie parfois. On se dit que c’est réussi. Les participants sont contents, donc nous aussi !

JDM. Comment expliquer cet engouement ?
Alain. C’est difficile à dire. Le prix un peu peut-être. Nous ne vivons pas de cela, nous le faisons par plaisir. Nous essayons de trouver des prix sympa dans des hôtels et restaurants de qualité et ainsi limiter la participation aux frais. Si les participants passent une semaine dans les Pyrénées sans organisation, ils doivent aussi manger et dormir, donc coûts d’hôtels, restos, etc. S'ils veulent faire des visites, ou assister à des spectacles, il y a les entrées à payer également.
Sans devoir passer du temps à préparer son voyage, et pour pratiquement le même prix, on leur propose quelque chose de différent, de convivial et de complet (hébergement, repas, visites, dégustations) donc sans surprise. Et surtout, on les accompagne pour chaque balade ce qui permet de découvrir des choses qu'ils n'auraient pas découvert en planifiant eux-mêmes leur séjour.
Veerle. Le bouche à oreille a aussi fait son chemin. Rouler sur de belles routes et de beaux cols, aller sur des points de vue magnifiques, découvrir une région (ou la re-découvrir autrement), son terroir, son patrimoine, rencontrer la population locale, et ... faire connaissance avec d’autres motards, partager les mêmes passions, passer un bon moment autour de la table, discuter de moto ou de tout autre chose.
Alain. Ce dernier point que Veerle aborde, c’est LE point le plus important pour nous : passer de bons moments sur la moto, mais aussi en dehors. C’est ce qui nous motive à faire ces organisations. Et ça nous a déjà apporté tellement de bonnes choses.

JDM. Il en faut une bonne dose de motivation pour faire ce que vous faites, surtout que vous n'en vivez pas.
Alain. Ah, c'est pas toujours évident et ça prend beaucoup de notre temps, mais on aime ça et surtout, les participants nous le rendent bien, par leurs sourires, leurs compliments, leurs bananes en fin de séjour, leurs invitations à se revoir.

JDM. Vous avez beaucoup de contenu photo et vidéo sur votre site et sur vos réseaux sociaux.
Alain. Oui, chaque jour, nous filmons et prenons des photos de nos participants. Sur les pauses, visites bien entendu, mais surtout en roulant. Nous avons des caméras sur nos casques, qui nous permettent de filmer de devant et de derrière, et Veerle fait les photos en roulant.
Veerle. Et le soir, nous passons ces photos et vidéos de la journée sur grand écran. Ça plaît beaucoup. Après le séjour, nous offrons toutes les photos et vidéos (gratuitement, bien entendu) aux participants. Cela leur fait de beaux souvenirs.

JDM. Vous qui connaissez bien le tourisme moto, comment voyez-vous son évolution ?
Alain. Auparavant, la moto servait principalement à la balade du dimanche, voir un week-end. De plus en plus de motards partent en vacances à moto. Les nouvelles technologies (internet, GPS...) facilitent, en partie, la préparation. Mais une partie seulement, car beaucoup de choses restent inconnues quand on ne connaît pas la région. Un exemple : un GPS ne vous donnera jamais l’état du revêtement de la route que vous planifiez. Et une bonne préparation, ça demande beaucoup de temps aussi. Devoir rechercher sur internet des avis pour savoir si le resto est bien, si le couchage de l’hôtel est de qualité, rechercher ce qu’il y a à voir dans la région. Tout le monde n’a pas ce temps ou veut l’utiliser à autre chose que de préparer son voyage annuel. En plus, le résultat n’est pas toujours aussi bien que prévu. L’hôtel avec pourtant de bonnes notes sur internet mais n’était vraiment pas de qualité, les routes avaient un mauvais revêtement, le resto du midi était un piège à touriste, l’après-midi, les routes étaient sympa mais encombrées. Et, tout compte fait, nos visites n’ont été rien de plus que purement touristiques et on est passé à côté de l’authentique, de l’insolite.
Je suis certain que beaucoup ont eu, d’une manière ou d’une autre, l’occasion de se retrouver dans ces exemples. C’est là où on apporte toute notre expérience pour faire de vos vacances moto, des vacances complètement réussies sous tous les aspects. Et nous croyons que l'évolution ira de plus en plus vers ce genre de choses. Il faut juste trouver des gens motivés pour organiser tout cela.
Veerle. Et pas besoin de passer toutes ses soirées à préparer son voyage. Grâce à notre expérience, nous pouvons proposer des balades sympa et nous y apportons notre petite touche d’authentique, d’insolite et de convivialité et cela, c’est de plus en plus recherché.
Alain. Un autre aspect : depuis pas mal d'années maintenant, les ventes des modèles trail ne font qu'augmenter, même si la plupart des motards avec ce type de moto ne faisaient que de la route, ce n'est plus toujours le cas aujourd'hui. Nous avons de plus en plus de demandes pour des itinéraires combinés route/tout-terrain.

JDM. Parlez-nous de vos tests.
Alain. Depuis début 2017, nous avons l'opportunité de tester des équipements et produits. Nous avons beaucoup d'années d'expérience de moto, et donc aussi des vêtements et accessoires, évidemment.
Ça nous plaît et c'est tout-à-fait dans la philosophie de nos balades : partager ! Pour les balades, partager notre petit coin de paradis, nos connaissances du terrain, nos bons plans. Pour les tests, partager nos impressions et analyses pour aider nos participants, mais aussi les lecteurs de notre blog en général, à les orienter dans leurs achats.

JDM. Le mot de la fin ?
Alain. En fait, ce sont les participants qui en parlent le mieux, allez faire un tour sur notre site dans le blog, vous trouverez des témoignages et vous verrez ce qu'ils en pensent.
Quelques témoignages tirés de la rubrique "Témoignages" du site internet de Moto-Pyrénées :
https://www.moto-pyrenees.com/Blog/temoignages/

Les coordonnées de Moto-Pyrénées :
Moto-Pyrénées
N'hésitez pas à contacter Alain & Veerle
tél : 06.38.05.26.36
e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
site internet : www.moto-pyrenees.com
Vous trouverez tous les tests de Moto-Pyrénées ici : https://www.moto-pyrenees.com/Blog/teste-pour-vous/

 

Les  photos

  • Moto-Pyrénées, balade motoMoto-Pyrénées, balade moto
  • Moto-Pyrénées, découverte des Pyrénées à motoMoto-Pyrénées, découverte des Pyrénées à moto
  • Moto-Pyrénées, la passion motoMoto-Pyrénées, la passion moto
  • Moto-Pyrénées, les Pyrénées à motoMoto-Pyrénées, les Pyrénées à moto
  • Moto-Pyrénées, organisateurs de balades motoMoto-Pyrénées, organisateurs de balades moto
  • Moto-PyrénéesMoto-Pyrénées