Par Alain Rived de Barcus (64).

105 Desert des Bardenas motoLE JOURNAL DES MOTARDS n°105 - mai/juin 2017

 

Avec mon frangin Dominique (abonné au JDM depuis plusieurs années), nous partons de Tardets (Haute-Soule, pays Basque), vers le site fabuleux des Bardenas, en Espagne. Il faudra compter environ 200 km de routes sinueuses pour parvenir sur les lieux.

Sept heures du matin, à Tardets, la température est de 11°. L'aube se lève à peine lorsque nous passons le village de Larrau. Puis nous entrons dans le brouillard en remontant les forêts de hêtres vers le pic d'Orhy. Au port de Larrau, première halte pour admirer la mer de nuages qui s'étend à nos pieds. À peine si nous ressentons les sept petits degrés  !

Nous ne sommes pas au bout de nos surprises ! Passés en Espagne, en amorçant la descente vers Otchagavia (Navarre), cinq ou six chevreuils traversent la route. Nous roulons toujours vers Aibar, Tafalla. La température descend encore, jusqu'à friser les 1° ! Le tableau de bord de la BMW indique une alerte au gel…

À San Martin de Unx, nous nous dirigeons vers Olite, la splendide moyenâgeuse, que nous traverserons pour atteindre notre prochaine destination

Le saviez-vous ?
Le désert des Bardenas, au nord de la Navarre, au pied des Pyrénées entre Tudela et Carcastillo, est une région aride de formations rocheuses impressionnantes dues à l'érosion. Dans ce désert non habité, il n'y a que deux routes goudronnées. Le parc naturel des Bardenas Reales, avec ses terres ocre, donne l’impression d’avoir changé de continent.

Arguedas

Ville étrange en pleine restauration, rencognée contre les premières falaises des Bardenas, perforées d'anciennes cavités troglodytes. Arguedas nous livre ses ruelles éventrées, ses façades cariées, ses blasons monumentaux au fronton des bâtiments administratifs datant d'une époque surannée.

Il fait beau, il fait chaud. Il est midi. Nous prenons possession de notre chambre, très propre et joliment décorée. Nous hésitons à louer des VTT pour l'après-midi, alors que demain, dimanche, nous avons tout notre temps ! Mais notre hôtesse prudente nous prévient  : “Mañana, hay niebla !” (Demain, c'est le brouillard !).
Hop, c'est parti ! Un casse-croûte au rade du coin, un demi, et nous louons nos VTT. C'est alors que je découvre l'Ouest américain à deux pas de chez nous !

Bardenas

Nous traversons des déserts fantastiques, émaillés de marécages, hérissés de forteresses étranges érodées et fragiles. Dans l'ocre et le mordoré, nous surprenons quelques cabanes, de rares labours sévères dans l'aridité des lieux, parmi la rocaille et les roseaux. Puis un polygone de tir, cerné de miradors et clôturé comme il se doit, utilisé par l'armée espagnole dans ses exercices militaires.

Des pistes carrossables et poussiéreuses s'entrecroisent dans ce no man's land, qui rejoignent Tudela à Carcastillo. La zone s'étend sur 42000 ha, et nous n'avons parcouru, vaillants arpenteurs, qu'une quarantaine de kilomètres ! Fourbus, certes, car la traversée est faite de plaies et de bosses. Nous avons cependant salué l'emblème des Bardenas, l'érection lapidaire et hiératique de Castildetierra, coiffée de son chapeau qui la garantit de sa fragile pérennité.

Dans le désert des Bardenas, on se croirait au coeur des canyons américains. C’est grandiose, complètement dépaysant !

La soirée nous accueille dans un pub irlandais d'Arguedas, où nous dînons d'un superbe plateau de gambas grillées. Très curieusement, nous observons qu'ici, malgré l'heure tardive, de bien jolies personnes poussent la porte, et s'installent, bavardent, avec leurs conjoints et leur progéniture, gamins courant autour des tables, curieux, mignons en tout, sous l'oeil attentif des parents.

Je ne dirai rien de la nuit qui a suivi, je n'en ai rien vu ! En revanche, lorsque j'ai ouvert les volets, la “niebla” enfermait le paysage dans son épais cocon.
Après un petit-déjeuner roboratif, la BMW a pris le chemin du retour, par un nouvel itinéraire, reliant Tudela, Ejea de los Caballeros, Sangüesa... dont nous ne verrons rien : un brouillard épais étend sa gaze partout alentour. Nous longeons le lac de Yesa, traversons le magnifique défilé de la vallée de Roncal, et remontons vers la Pierre-St-Martin.

Au compteur, depuis le départ de Dominique et son frangin Alain, 450 km de bonheur : c'est pas mal, à l'aune de l'éternité ! Un bel article à retrouver dans le n°105 du Journal Des Motards en vente dans notre boutique

signature cendrillon


  • 02 Arguedas. Bourg surprenant qui garde le témoignage de grottes troglodytes construites au XIXe. Depuis les années 60, ces grottes sont fermées mais elles restent visibles depuis la route02 Arguedas. Bourg surprenant qui garde le témoignage de grottes troglodytes construites au XIXe. Depuis les années 60, ces grottes sont fermées mais elles restent visibles depuis la route
  • 03 Le désert des Bardenas, comme un air de canyons américains03 Le désert des Bardenas, comme un air de canyons américains
  • 04 Dans l'ocre et le mordoré, l'on trouve une cabane04 Dans l'ocre et le mordoré, l'on trouve une cabane
  • 05 On se sent tout petit face à cette nature05 On se sent tout petit face à cette nature
  • 06 Bardenas au paysage aride06 Bardenas au paysage aride
  • 07 Le désert de Bardenas lunaire et grandiose07 Le désert de Bardenas lunaire et grandiose
  • 08 Quel merveille ce site fabuleux des Bardenas !08 Quel merveille ce site fabuleux des Bardenas !