Toute une histoire !

Article paru en janvier/février 2017 (JDM 103)

Par Michel Delmaire, CDLR de Lyon (69).

La BMW R100 R fut commercialisée en France de 1991 à 1995. Le modèle présenté est originaire d’Allemagne et date de 1996. Je l’ai acheté il y a un an. Elle comptait alors 7 500 km d’origine, 14 000 km cet automne.

Essai moto: BMW R100 R de 1996

 

La R100 R est venue conclure la série 7 lancée en 1976. Il s’agit d’un ultime hommage à une conception moteur et à une architecture plutôt qu’un nouveau modèle. Elle reprend le réservoir et la selle de la 100 GS (apparue en 1987), elle exhume les cache-culbuteurs rondouillards et les clignotants de la série 5 commercialisée de 1969 à 1973. Et elle reprend la finition noire avec les filets blancs de la R32 parue en 1923 (première moto produite par BMW) et déclinée ensuite sur de nombreux modèles (dont la 69 S).

Elle est présentée en trois versions : modèle de base, “mystic” et “classic” qui propose un double disque à l’avant et quelques modifications esthétiques.

 

Ces emprunts au passé lui confèrent une “personnalité” particulière  ; elle sort à peine de l’adolescence pour aller sur ses vingt ans mais l’histoire qu’elle raconte la fait croire plus âgée. C’est peut-être là que réside sa capacité à séduire.

Sur route, c’est aussi à l’ancienne, mais avec de réelles qualités : vivacité, maniabilité et légèreté. Une revue motocycliste (Moto Journal) lui accordait en 1992 “ […] une efficacité démoniaque sur petites routes sinueuses.”. Pas sûr que le malin serait convoqué aujourd’hui mais c’est une vraie machine à rouler, seul ou en duo, avec une bagagerie qui facilite les vacances (le porte-bagage chromé n’est pas d’origine et est destiné à recevoir un top-case).

Vous l’aurez compris, mon propos est partisan. J’ai revendu une R850 RT (moteur à 4 soupapes par cylindre) pour celle-ci. Elle accélère moins fort, est moins confortable en duo, propose un freinage qui force l’anticipation…

Mais, autant que son pilote, elle véhicule une histoire que j’ai plaisir à partager ; cette GS en tenue de soirée est une invitation au voyage.

Les plus
Moteur et cardan
Autonomie
Maniabilité
Esthétique
Simplicité
Suscite la sympathie

Les moins
Freins qui paraissent aujourd’hui très faibles (arrière presque inexistant).
Ergonomie et fonctionnalité des commodos (le mot intuitif n’était pas encore de mode).
Béquille latérale peu pratique et quasi impossible à utiliser assis sur la moto.
Habillage plastique du tableau de bord.

 

Caractéristiques techniques de la BMW R100 R de 1996 (Relevées du guide d’utilisation BMW de la moto - édition allemande 2017)

Bicylindre à plat refroidi par air
Cylindrée : 980 cm3
Puissance  : 60 cv à 6500 tr / min
Couple maxi  : 7,8 m.kg à 3750 tr / min
Boîte de vitesse : 5 rapports
Transmission : par cardan
Suspension avant  : fourche télescopique
Suspension arrière  : monobras oscillant et amortisseur unique
Frein avant  : double disque
Frein arrière  : tambour
Longueur : 2210 cm
Poids (usine)  : 218 kg
Roues à rayons  : avant 2,50 x 18
Roues à rayons  : arrière 2,50 x 17
Hauteur de selle : 800 cm
Réservoir : 24 litres (réserve 4,7 litres)
Consommation moyenne réalisée  : 6 litres  / 100

 


Voir les photos en cliquant sur l'onglet