L’édito

coco3

La route en roue libre
Quel air frais, quelle joie, quel puissant appel que celui de l’ailleurs !
Autour de nous ce ne sont que promesses de murs, clôtures ou barrières.

Nous vivons une époque de repli et d’indifférence qui n’est pas faite pour le roule-toujours, curieux, attentif et généreux…

Mais nous avons une chance inouïe, pouvoir enfourcher notre bécane et prendre la route. D’ailleurs, on ne “prend” pas la route, c’est elle qui nous prend. On l’emprunte seulement, le temps d’une balade dans un village du Tarn aux vieilles ruelles pavées ou bien en Provence au milieu des collines de pins et d’oliviers.

Chemins, sentiers, pistes… Tout est bon pour le motard !
Et comme les routes tissent leurs voies sur tous les territoires, nous voici aventuriers à Cuba, esthètes en Toscane, faux cow-boys en Espagne et joueurs de cornemuse en Écosse. Sur chemins goudronnés, empierrés ou pavés… Peu importe, suivez tous nos écrivains-lecteurs !
Comme Kerouac, j’ai aimé le mouvement hippie qui reposait sur deux principes : le goût de l’aventure et le souci des autres. Le goût de l’aventure vous l’avez, à n’en pas douter !

Le souci de l’autre, c’est vous les Relais Amitié !
Vous qui acceptez de donner vos coordonnées aux Chevaliers De La Route.
Grâce à vous, nous ne sommes plus seuls sur les routes.
L’aventure et l’amitié tissent les pages de ce n°105, bonne lecture !

Coco

“À présent, je sentais à cinquante centimètres au-dessous
de moi la route se déployer comme une bannière,
s'envoler, siffler à des vitesses inouïes encore et toujours,
pour traverser le continent qui gémissait.
Sur la route. Jack Kerouac.