L’édito

coco3

Jusqu’ici tout va bien…
Impossible de se voiler la face. La crise existe, de nombreux journaux perdent de l’argent, d’autres se font aider par le gouvernement ou abandonnent purement et simplement le papier pour le Web.
Mais rien de tel pour Le Journal Des Motards.
Pour preuve notre vitalité qui transcende ce numéro 108 ! Tous les âges, toutes les bécanes et toutes les sensibilités se rejoignent, se mêlent et s’enrichissent mutuellement.
Pour l’Irlande, terre aimée des rouleurs, rien n’est trop beau : deux reportages, donc deux tonalités différentes. Puis le récit de potes, des “d’jeuns” qui arsouillent en Savoie. Ou encore le périple de ces side-caristes (69 balais au compteur), qui s’attaquent au cap Nord… et en hiver !
Et tous ces motards qui racontent leurs hivernales, leurs rassemblements, concentres et leurs clubs… Nous partageons leurs fêtes, mais aussi parfois leur tristesse. Notre force ? Votre fidélité qui ne s’est jamais démentie tout au fil de ces 24 années.
Notre richesse ? Notre tribu motarde qui pratique l’Amitié et la Solidarité dans le respect des différences de chacun. Nous ne sommes pas prêts de devenir un flux chaotique et ininterrompu d’infos que brasse une agence ; nous, nous sommes la presse, ce magazine que vous avez construit années après années.
Régalez-vous dans les pages de votre Journal Des Motards.
Vous l’avez bien mérité.
Coco, directrice de rédaction

Aujourd’hui à côté de la presse écrite (très surveillée) se sont créées des formes de communication qui diffusent n’importe quoi sans contrôle.
Nous, entre nous, nous éditons un journal qui a l’obligation de mentionner les noms des directeurs et collaborateurs responsables devant la Loi de leurs écrits. Nous y diffusons des idées d’Amitié, de Tolérance et de Solidarité.
Alors mes amis, si je prends aujourd’hui la plume, c’est pour vous mettre en garde : faites confiance à ceux qui vous donnent la parole et qui n’ont pas peur de signer leurs écrits.
Le Vieux (le sage en africain) ou simplement Jipé